Je suis enceinte mais je suis mineure


ado-1.jpg

Si ça se passe mal avec les parents : L’ASE (Service d’Aide Sociale à l’Enfance du Conseil départemental) prend en charge les jeunes mineures enceintes lorsque les parents sont dans l’incapacité morale ou financière de le faire. Si vos parents prennent mal votre grossesse, sont violents, et/ou que vous vous retrouvez sans logement ou à la rue, vous pouvez contacter une assistante sociale dans votre école, ou à la mairie de votre domicile, ou au Centre de PMI, ou encore vous rendre à la gendarmerie qui contactera les services sociaux pour trouver la meilleure solution pour vous. Si vous êtes victime de violences, physiques ou verbales, depuis l’annonce de votre grossesse, n’hésitez pas à en parler avec ces professionnels qui vous aideront à vous protéger : des dispositifs sont prévus pour cela, en urgence si besoin. Les services sociaux vous informeront, vous et vos parents si nécessaire, sur vos droits et les prises en charge possibles.

Pour les lycéennes enceintes ou les jeunes mères scolarisées ou ayant été scolarisées dans un lycée d’Ile-de-France il y a moins d’un an :

Un service d’accompagnement spécialisé pour éviter le décrochage scolaire. SAMELY : 01 47 34 00 10 ou 01 42 05 60 64    contact@pep75.org

 

Etape numéro 1 : l'assistante sociale

Même si tu es mineure, tes parents ou ton petit ami ne peuvent te forcer à avorter. Si c'est le cas, confie-toi auprès d'une assistante sociale (à la mairie) ou auprès de l'Aide Sociale à l'Enfance Service départemental  (ASE).

Si tu as un problème de logement tu peux t'adresser au CROUS de ta ville car ils possèdent tous des hébergements d’urgence pour  les étudiants qui sont dans une situation particulièrement difficile, en rupture avec leur famille et qui doivent s’assumer seuls.

Tu peux aussi être hébergée loin de ta famille si la pression est trop grande. Certaines maisons d'accueil comme Tom Pouce en région parisienne sont spécialisées pour accueillir des filles dans ton cas : : 06 19 82 71 10

Consulte les  lieux d'accueil pendant ta grossesse ou notre rubrique "Enceinte sans logement".

 

Logements d’urgence dans tous les CROUS

Si tu es étudiante enceinte en difficulté tu peux bénéficier d’un logement d’urgence.
Il faut s’adresser à l’assistante sociale du CROUS qui dispose de logements temporaires de dépannage et qui instruit les demandes d'attribution de logement définitif pour l’année universitaire.

ado2-1.jpg

Des guichets ouverts pendant les périodes de congés universitaires

Pendant chaque période de vacances universitaires, les CROUS ont une permanence et un service continu pour que les étudiants en situation d’urgence puissent recevoir écoute et aide.

 

Aide financière d’urgence

Le fonds national d’aide d’urgence (FNAU) permet d’apporter  une aide financière rapide et personnalisée aux étudiants rencontrant de graves difficultés et à ceux qui doivent faire face à des difficultés spécifiques durables, comme la rupture familiale ou la situation d’indépendance avérée.

L’aide d’urgence peut revêtir deux formes :

Une aide ponctuelle en faveur de l’étudiant(e) qui rencontre momentanément de graves difficultés.
L’aide d’urgence ponctuelle doit permettre de prendre en compte des situations nouvelles, imprévisibles qui interviennent en cours d’année universitaire et qui peuvent amener un(e) étudiant(e) à abandonner ses études. L’aide ponctuelle est cumulable avec une bourse sur critères sociaux, une aide d’urgence annuelle, une aide à la mobilité, une aide au mérite ou un prêt d’honneur. Elle est attribuée après évaluation de la demande par une assistante sociale.

Une aide annuelle accordée à l’étudiant(e) qui rencontre des difficultés pérennes. L’âge limite pour bénéficier d’une aide d’urgence est fixé à 35 ans, y compris pour les étudiants en reprise d’études. L’aide d’urgence annuelle doit permettre de répondre à certaines situations pérennes ne pouvant donner lieu au versement d’une bourse d’enseignement supérieur en raison de la non-satisfaction d’au moins une des conditions imposées par la réglementation des bourses d’enseignement supérieur sur critères sociaux du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’aide annuelle ne peut pas être cumulée avec une bourse sur critères sociaux. En revanche, elle est cumulable avec une aide à la mobilité et au mérite.

Important : L’étudiant doit faire la demande d’aide auprès du CROUS de son académie. L’attribution et le montant de l’aide d’urgence sont décidés au sein d’une commission. Le directeur du CROUS peut néanmoins accorder une aide pouvant aller jusqu’à 200 euros avant l’examen de la demande en commission.
En savoir plus :  http://www.etudiant.gouv.fr/pid20440/aides-d-urgence.html

fille-telephone.jpg

Droit au RSA

Le revenu de solidarité active (RSA)  peut vous être attribué si vous êtes étudiante et enceinte, même si vous avez  moins de 25 ans.


Rapprochez-vous de la Caisse d’allocations familiales (CAF) du lieu de votre résidence auprès de laquelle vous devez initier votre demande.

 

Un témoignage

 

Poursuivre ses études

Vous pouvez poursuivre vos études en étant enceinte : des aménagements sont toujours possibles pour ne pas perdre votre année et réussir vos examens. Ils sont à étudier au cas

par cas avec les responsables de votre formation. Si vous êtes en apprentissage ou en alternance, vous bénéficiez des mêmes droits et congés de maternité que les salariées.

Si vous avez des difficultés pour aller à l’école, il existe des solutions de cours à domicile ou par correspondance.

L’entraide entre lycéens ou étudiants est précieuse et réelle et vous pourrez peut être aussi étudier chez vous avec les cours pris par vos camarades si vous ne pouvez pas aller en cours pendant un certain temps. Il ne faut pas hésiter à en parler.

 

Autorité parentale et émancipation
 

La grossesse d'une mineure ne l'émancipe pas.

Si vous avez moins de 18 ans, enceinte ou avec un enfant, vous n’êtes pas pour autant émancipée, vous dépendez jusqu'à votre majorité de vos parents ou tuteurs légaux.

Ils exercent sur vous l’autorité parentale et administrent vos biens.
 Etre émancipée, c’est devenir majeure et être considérée juridiquement comme capable et responsable de ses actes.

 

Pour être émancipée, il faut :

avoir au moins 16 ans

que les parents (ou l’un des deux) fassent la demande auprès du juge des tutelles
 

après audition de l’intéressée mineure, le juge prononcera ou non l’émancipation

 

Pour les lycéennes enceintes ou les jeunes mères scolarisées ou ayant été scolarisées dans un lycée d’Ile-de-France il y a moins d’un an :

Un service d’accompagnement spécialisé pour éviter le décrochage scolaire.

SAMELY :

01 47 34 00 10

01 42 05 60 64

contact@pep75.org