Appel à la population

Invitation à la population - Germinal - Pâques 2012
Avec tous ceux et toutes celles qui aiment la vie naissante, les bébés, les jeunes femmes
ou les jeunes filles enceintes.... et qui déplorent lʼélimination, pour diverses raisons, dʼun
grand nombre dʼenfants en formation en France, (l'équivalent d'une population de 4 ou 5
villes de 50 000 habitants disparaît chaque année !), nous invitons les citoyens concernés
par les questions touchant la vie, la santé et lʼéducation (en réalité presque tout le monde)
à se préoccuper de cette façon :
1 - alerter les femmes qui sʼapprêtent à avorter sur le drame et la profonde tristesse postavortement
que beaucoup dʼentre elles vont vivre, à cause de la perte irréparable et
définitive de leur bébé (on le constate aux confidences recueillies de vive voix et sur des
forum féminins)
2 - les éclairer :
• sur la réalité de l'embryon qu'elles portent en elles : ce n'est pas un amas de cellules
quelconque, c'est un être humain en formation
• sur le fait que lʼembryon qui a germé en elles nʼest pas une partie de leur corps, mais
une vie distincte qui commence son propre développement autonome.
3- les rassurer en leur faisant savoir que l'Etat et son administration sont prêts à venir en
aide à la femme enceinte, surtout à celle qui en a le plus besoin (diverses subventions
économiques et dispositions concrètes pendant et après la grossesse), et qu'il existe de
nombreuses associations pour les aider au cas où la famille ne répondrait pas.
La France a l'un des meilleurs taux de natalité en Europe. Il faut accueillir et promouvoir la
vie naissante !
• pour être soi-même un vivant, porteur de jeunesse, de joie et dʼespoir
• pour le renouvellement des générations (2,1 enfants par femme en âge de procréer)
• pour maintenir notre système de protection sociale (pas de bébés, pas de retraites...)
4- mais il faudrait aussi que parents, éducateurs, artistes, auteurs, publicistes... et l'Education
nationale elle-même, bref la société dans son ensemble :
donnent aux jeunes l'idée saine et porteuse d'une vie affective et sexuelle responsable, et tâchent
de leur en montrer le modèle désirable...
à la place du libéralisme sexuel ambiant, diffusé par les médias, la pub et autres lobbies avides de
gain facile... qui poussent les jeunes, dès l'école - entre autres par la distribution de pilules et
préservatifs....(sida nʼoblige pas) - à s'affranchir dʼune conduite réfléchie ainsi que de toutes règles
d'ordre moral dans ce domaine,
Multiplier les centres où l'avortement se pratique, doter tous les hôpitaux de personnels
qualifiés pour l'avortement, comme lʼa préconisé François Hollande, c'est encourager et
appuyer une politique de mort !
Nous voulons, nous, favoriser et promouvoir la vie !
Dans la situation actuelle de notre pays, il ne s'agit pas dʼinterdire l'avortement, surtout
quand la mère se trouve dans une situation de péril ou de détresse grave ou
insurmontable... (la loi républicaine n'a pas à imposer l'héroïsme), mais il faut que la
décision laissée à la mère de se débarrasser de son enfant et de l'éliminer soit mise en
regard du droit absolu de l'enfant à vivre, ce droit qui est le premier de tous les droits -
et la condition de tous les autres.
L'Article 16 du Code Civil, repris par l'article 1 de la loi Veil (17 janvier 1975) doit nous
guider :
"(...) La loi garantit le respect de l'être humain dès le commencement de la vie