Pilules abortives et mort maternelle

Lien établi entre les pilules abortives et l’augmentation de morts maternelles

Ce lien est établi par plusieurs études :

"Une étude du Sri Lanka conclut que « dans les pays en voie de développement, le « mauvais usage [des avortements médicalisés] a conduit à des avortements partiels ou infectés, par là augmentant [le nombre de ] morts maternelles et la morbidité. »

Une étude importante finlandaise conclut : « [L]’avortement médicalisé étant de plus en plus pratiqué dans certains pays, cela pourrait avoir pour résultat d’augmenter les taux de morbidité liée aux interruptions de grossesses dans le monde. »

[...] Les militants de l’avortement font une promotion agressive des pilules abortives dans les pays en développement parce que le manque d’infrastructures médicales, de centre de transports d’urgence, d’eau et autres fournitures rendent l’avortement chirurgical moins accessible et plus risqué. Or les risques liés à l’avortement médicalisé sont plus importants, pour des obstacles au traitement similaires. Le traitement le plus couramment pratiqué et le plus nécessaire est l’intervention chirurgicale. Au Vietnam, des chercheurs ont découvert qu’un quart des femmes devaient subir une intervention chirurgicale suite à un avortement incomplet provoqué par usage du misoprostol.

L’étude finlandaise a révélé que dans le cas de patientes en bonne condition de santé, les avortements médicalisés causaient quatre fois plus de complications que les avortements chirurgicaux. Les femmes ayant fait l’usage de pilules abortivessubissent des hémorragies sept fois plus souvent que les patients ayant recours à l’IVG chirurgicale, subissent plus d’échecs nécessitant un suivi chirurgical, et s’exposent à vingt fois plus de risques de séquelles chirurgicales résultant des services d’urgence que les patientes ayant recours à l’IVG chirurgicale.

Cela correspond aux cas américain, où au moins quatorze femmes sont décédées après avoir consommé du mifepristone. [...] Il y a un an, une jeune femme de 18 ans, préalablement en excellente santé, est décédée suite à l’usage du RU-486. Suite à son décès, le père de la jeune fille a mis en service un site internet, “AbortionPillRisks.org”, alertant les femmes des dangers mortels liés au RU-486."

Les militants de la pilule trompent les femmes volontairement lorsqu’ils affirment que les avortements médicaux sont, dans leur très grande majorité, sans danger, même dans les pays en voie de développement, et que la légalisation de l’IVG réduit le nombre de morts maternelles. La mortalité maternelle avait en effet entamé sa diminution spectaculaire AVANT la légalisation de l’IVG.

pilule abortive

×